Le canard coureur indien en patrouille anti-limaces…

{Suite à un souci de newsletter, cet article du 29 février ne vous parviens qu’aujourd’hui… bonne lecture ! }

Ils sont vraiment troooop trop mignons, avec leur façon de courir partout d’un air très affairé, leur sempiternel petit « sourire » et leur démarche mi-digne mi-comique de vieux colonel à la retraite qui ferait sa gymnastique matinale… que serait un potager sans canards « coureur indien » pour l’égayer ? Bien morne en tout cas ^^.

Un jardinier anglais (dont j’ai oublié le nom, qu’il me pardonne) a eu un jour cette phrase fabuleuse : « Dans un jardin, le problème ce n’est pas qu’il y a trop de limaces, c’est qu’il n’y a pas assez de canards ».

Voilà qui résume assez bien la situation, même si tout n’est pas si simple ^^.

Cela fait plusieurs années que j’élève des coureurs indiens. Et puisque je reçois beaucoup de questions à leur sujet, je partage ici avec vous mon petit retour d’expérience en répondant à vos interrogations les plus récurrentes. Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à les poser en commentaires !

  • Sont-ils LA solution contre les limaces ?

Oui, mais…

Il existe divers moyens de lutte bio contre les limaces au potager, et depuis que je « pratique », j’ai comme l’impression qu’il faut mettre en œuvre un peu toutes les solutions en même temps (voir aussi cet ancien article), surtout aux moments critiques (à la fin du printemps, quand il fait doux, humide, et que l’on installe les petits plants de cucurbitacées… pas nécessaire de vous faire un dessin).

Mais parmi les moyens de lutte, celui que je trouve (de loin) le plus efficace est effectivement le canard coureur indien. Pourquoi ? Parce qu’il est le plus « carnivore » de toutes les races de canards, et qu’il passe sa journée à scruter de ses petits yeux vifs la moindre limace, qu’il ira traquer en farfouillant avec son bec au cœur même des paillages si besoin (accessoirement, il boulotte aussi les doryphores, les chenilles, etc.).

Cette année, n’ayant aucune culture trop fragile que les canards risqueraient de malmener dans mon potager N°2, je les ai lâchés en toute liberté depuis déjà plus d’un mois. Il fait humide, il ne gèle plus depuis mi-janvier, les limaces devraient abonder et s’empiffrer sans vergogne de mes choux, blettes et salades et Cie. Or, je ne vous raconte pas le mal que j’ai eu à en trouver une, oui, une seule pour la vidéo que vous découvrirez ci-dessous ^^.

Donc oui, le coureur indien est probablement LA solution la plus efficace connue à ce jour pour réguler naturellement les limaces. Mais à une condition, et pas des moindres. Que ce soit un VRAI coureur indien, de pure race…

Ce canard, élevé chez nous il a quelques années, était certes très mignon. Mais, bien qu’il nous ait été vendu comme coureur indien, il était visiblement croisé (voir son bec en « trompette »). Résultat? Il ne traquait pas les limaces…
  • Comment reconnaître un vrai canard coureur indien ?

Les premiers coureurs indiens que j’ai élevés étaient hyper mignons, mais un peu décevants car ils semblaient bien plus intéressés par les cultures que par les limaces. Je les avais pourtant achetés la peau des f*sses dans un élevage de volailles mais voilà, avec le temps et l’expérience j’ai compris qu’ils étaient croisés. Et dans leurs gènes, le côté végétarien du parent non coureur avait visiblement pris le dessus ^^

Un vrai canard coureur indien doit toujours courir – ou du moins adopter une démarche un peu précipitée – lorsqu’il se déplace (cela est dû à sa morphologie particulière), se tenir très droit, être très svelte, ne jamais voler, et surtout, avoir un bec qui forme comme une ligne droite avec le front. En revanche, plusieurs couleurs de plumages sont possibles, et à ma connaissance cela ne change en rien leur qualités de chasseurs de limaces.

Celui-ci par contre est tout à fait caractéristique de la race, avec le bec qui forme comme une ligne droite avec son front.
  • Peut-on les laisser sans surveillance au potager ?

Oh que non !

Les canards coureurs aiment particulièrement les limaces, certes, mais qui n’apprécierait pas une bonne salade avec sa tranche de rôti ? ^^

Bref, tout cela pour dire que si vous les lâchez en open bar dans votre potager, vous risquez quelques déboires.

Déjà, parce qu’ils goûtent volontiers un peu à tout. Ensuite, parce qu’entre trouver dans sa salade une limace ou une fiente liquide de canard, j’avoue que mon cœur balance… mieux vaut donc ne pas les laisser se soulager H24 au milieu des laitues.

Enfin, parce qu’avec leurs petites palmes certes toutes mignonnes, ils auraient vite fait d’aplatir comme des crêpes un jeune semis en train de lever. Par inadvertance certes (n’y voyez rien de personnel) mais enfin, ce que les limaces n’auraient jamais osé tenter en termes de carnage, 16 ou 20 petites palmes joyeuses peuvent le faire en mode presse-purée, un peu à la façon dont les gens foulaient le raisin au moyen-âge ^^

Alors comment gérer notre petite troupe, de façon à ce qu’elle soit efficace à la façon d’un discret petit commando du RAID plutôt qu’une armée de Huns à cheval?

-Lâchez vos canards quand il n’y a plus (ou pas encore) de jeunes cultures fragiles. De gros pieds de blettes, de choux, de cardons ou de céleris ne craignent vraiment rien, les canards peuvent y mettre un petit coup de bec de temps en temps sans souci. Par contre, en goûtant à un jeune plant de salade ils risquent de le déraciner… tout en aplatissant celui d’à côté et se soulageant sur celui de derrière. Tout un poème.

-La protection totale : Vous pouvez, soit entourer tout votre potager d’un petit filet ou grillage bas (rappel : les coureurs indiens ne volent pas), sans jamais y donner accès aux canards. Dans ce cas, vous vous chargerez vous-même des limaces qui sont déjà à l’intérieur du potager, et les canards vous débarrasseront de toutes celles qui sont autour… ce qui est déjà très bien car il faut bien qu’elles arrivent de quelque part ! Variante de ce système : vous pouvez donner accès au potager uniquement lorsque vous êtes là en train de jardiner, et que vous pouvez garder un œil sur les cultures sensibles… ça, c’est la solution que je pratique depuis 2 ans, et elle est de surcroît très sympathique car je vous assure qu’il est très rigolo de jardiner en compagnie de tout ce gentil petit monde. Attention toutefois de ne pas « oublier » les canards au potager si quelqu’un vous appelle de la maison (vécu aussi…).

-La protection partielle : l’autre possibilité (celle que j’ai adoptée en ce moment) consiste à protéger de filets bas ou d’arceaux recouverts de voiles de forçage les quelques cultures vraiment fragiles. Attention toutefois ! Si vous utilisez des grillages, ne perdez pas de vue le fait que les canards ont une toute petite tête pourvue d’un long cou tout fin, et qu’à travers les mailles du grillage ils peuvent tout bouloter sur au moins 25cm de périmètre. Mon beau rang de laitues grenobloises qui avait courageusement affronté l’hiver vient d’en faire les frais, toutes les salades en pourtour de parcelle ont été tondues au carré ^^.

  • Leur faut-il absolument une mare ?

Non… mais oui.

Au sens strict, non, car une grande bassine d’eau propre renouvelée chaque jour suffit à leurs ébats, et beaucoup de jardiniers élèvent ainsi leurs canards (y compris des races beaucoup plus lourdes comme le Rouen ou le Barbarie).

Mais la mare leur apporte beaucoup de bonheur, leur permettant de nager, jouer, se reposer… Elle est de plus quasiment incontournable si vous souhaitez que vos canards se reproduisent. En effet, sans point d’eau les canards peuvent intuitivement « penser » que toutes les conditions ne sont pas réunies pour assurer une bonne survie de leur espèce, et comme souvent dans ce cas-là, les mères ne couvent pas. De plus, le mâle ne peut bien faire son « job » que sur l’eau…

  • Sont-ils compatibles avec une mare écologique ?

Hélas non.

Les canards sont des petits cataclysmes ambulants. Ils vont dévorer toutes les plantes aquatiques (ils en raffolent), et même si vous tentez de les enfermer dans des cages bien fermées (les plantes, pas les canards !) de toute façon les fientes vont tellement charger l’eau en matières organiques que cela va brûler les plantes (j’ai tenté…).

De même, ils vont boulotter le moindre têtard, sauter après chaque libellule, et terrifier tout ce qui voudrait s’approcher pour boire (le seul bon côté c’est que les larves de moustiques passent aussi à la casserole…).

Pour éviter les soucis il faudrait une très grande mare ! La mienne, de 5m de long par 2,5m de large et 60 à 80cm de profondeur n’a pas résisté à 8 canards. Ils ont dévoré toutes les plantes accessibles, celles qui étaient en cage ont dépéri de désespoir (même des trucs censés résister à tout, dont on se sert pour épurer les fosses à lisier ^^), et à part un magnifique héron qui vient parfois boire tout en surveillant les canards du coin de l’œil, ma pauvre mare est un vide écologique. Au point que je rêve d’en creuser une autre, ailleurs dans le jardin, pour en faire un petit paradis plein de vie. Mais sans canards ^^.

Je me console en les regardant s’ébattre et jouer comme des petits fous… la nuit, ils y dorment même, et cela les protège un peu du renard.

  • Quel genre de cabane doit-on prévoir pour les abriter ?

Ce que vous voulez du moment qu’elle est facile à nettoyer d’un coup de jet à l’intérieur, et que les canards peuvent y accéder par une pente douce (contrairement aux poules, ils ne montent pas d’échelons).

Nous leur avons fabriqué une cabane 4 étoiles en bois, avec le toit qui se soulève pour nettoyer ou rajouter de la paille. Mais ils ne la fréquentent pas beaucoup… Pour couver, nos deux canes mères se disputent même une vieille boîte aux lettres posée au sol à 1m de la cabane.

  • Peuvent-ils vivre avec d’autres volailles ?

Avec les poules ce ne serait pas idéal, car même si ces deux volatiles s’entendent plutôt bien, les canards peuvent apporter des germes qui, se transmettant aux poules, pourraient leur faire pondre des œufs quasiment sans coquilles (ça aussi, je l’ai vu de mes propres yeux !). En revanche, avec d’autres palmipèdes cela ne pose pas de souci. Chez moi, ils vivent avec une oie, et forment avec elle une sorte de grande famille inséparable ;).

Goosie, notre oie de compagnie 🙂
  • Que mangent-ils? (à part les limaces ;))

N’empiffrez pas trop vos canards de grain à la saison où vous avez besoin qu’ils chassent les limaces, sinon ils vont juste se contenter de roupiller pour la digestion…

Il est souvent conseillé de donner aux coureurs indiens un mélange pour poules pondeuses. À titre personnel je ne le fais pas, et voici pourquoi : le mélange « pondeuses » est riche en protéines. Or, si le canard sent qu’il a eu tout ce dont il avait besoin, il n’y a aucune raison qu’il se donne trop de mal à chasser. Moi, je préfère qu’ils ressentent le besoin d’aller chercher tout seuls leurs protéines, si vous voyez ce que je veux dire ;). Alors nous leur donnons en complément un peu de blé non traité (plus en hiver qu’en été) et les laissons ensuite ajuster d’eux-mêmes l’équilibre de leur menu en tondant un peu d’herbe et dévorant de grandes plâtrées de baveuses…

Petit conseil : si vous leur donnez du grain, veillez toujours à ce que l’eau soit juste à côté !

  • Peuvent-ils rester dehors l’hiver ?

Vous connaissez l’expression « un froid de canard » ? Et bien voilà, ils ne craignent vraiment rien, patinant sur la neige et se baignant comme si de rien n’était dès qu’on leur casse la glace de la mare…

Si les poules doivent certes être bien protégées du froid, ne vous stressez pas pour vos canards.

  • Quelle surface minimum pour les élever ?

Je dirais que le strict minimum pour 2 canards (ne jamais élever un canard seul, il dépérirait aussitôt) est d’environ 150m2 de surface enherbée. C’est peu, mais cela peut suffire (pour 2 canards uniquement).

Mes 5 à 15 canards (selon les périodes de l’année, car après les couvées, nous vendons quelques adultes chaque automne) évoluent dans bien plus, mais peuvent parfois rester parqués quelques jours dans leur enclos d’environ 100m2 autour de la mare si par exemple nous devons nous absenter. Ce n’est que pour quelques jours, et ils ont la mare pour faire les guignols…

  • Combien de femelles par mâle ?

Jamais moins de 3 ou 4 femelles pour un mâle, sinon ce monsieur risque d’être un peu « relou » dans ses incessantes tentatives de séduction, et cela peut se traduire par un épuisement de certaines femelles. Si l’on veut élever moins de canards, il faut choisir uniquement des femelles, ou même (c’est possible) uniquement des mâles. Car lorsqu’ils n’ont pas à faire les marioles devant ces dames pour tenter de prouver lequel est le plus beau et le plus fort, les mâles s’entendent comme de vrais copains 😉

Comme c’est bizarre…

  • Pondent-ils beaucoup ?

On lit dans les livres que le coureur indien (enfin, sa femelle…^^) peut pondre jusqu’à 200 œufs par an. Chez moi c’est beaucoup moins, mais cela s’explique par le fait qu’on les laisse couver au printemps. Leur instinct maternel étant très occupé sur plusieurs mois (le temps de couver puis d’élever leurs petits) elles ne ressentent pas le besoin de pondre en dehors du printemps.

Beaucoup de gens apprécient les œufs de canard. Moi, à titre personnel j’ai un peu du mal. Déjà parce que mes poules nous comblent de leurs présents ;), et ensuite parce que je suis un peu la médecine de Ste Hildegarde, laquelle déconseille très fortement la consommation d’œufs de canard. On y croit où l’on n’y croit pas, moi je ne suis pas 100% affirmative sur la question mais disons que ça m’a mis le doute ^^.

Mais je me reposerai sérieusement la question si une de mes canes se met effectivement à pondre 200 œufs par an 😉

Toc ! Toc ! Voilà les news...

Toc Toc ! Voilà les news

Insérez votre adresse électronique pour être tenu au courant des dernières nouvelles

Nous ne spammons pas !
Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Laisser un commentaire

48 réflexions au sujet de “Le canard coureur indien en patrouille anti-limaces…”

    • Bonjour Marie merci pour toutes ses informations j’ai adopté 3 canard coureurs indiens blanc 2 femelles et un mâle je vois que je ne fais pas tout comme il faut…mais ils ont tous ce qu’ils faut malheureusement aujourd’hui je me suis absenté et ils ont mangé toutes les fraises blanches et rouges de mes jardinière je suis un peu déçu est ce normale? Ou alors serait t’il pas 100% pure race?merci beaucoup

      Répondre
  1. Coucou Marie j’ai adoré ton article très intéressant sur les canards et en particulier le canard indien. Il sera très utile à celles et ceux qui ont des canards.
    Nous n’en avons pas manque de place pour qu’ils soient bien.

    Vive le jardin
    Je t’embrasse très fort.
    Jacqueline

    Répondre
  2. Bonjour Marie, la question des canards va se poser bien vite pour nous puisque nous allons pouvoir nous agrandir de 4000m2…avec une mare. Il y a cependant une question que tu ne soulèves pas: Et la viande de canard?

    Répondre
    • À titre personnel je ne mange pas mes coureurs indiens, mais je sais que certaines personnes le font. Si c’est pour la chair, mieux vaut élever des Rouen, des mulards ou des Barbarie 😉

      Répondre
  3. Merci pour cet article très détaillé. Cela fait réfléchir. J’adore ces canards, et c’est un peu un rêve d’en avoir, mais effectivement sans mare, les pauvres seront bien moins heureux… Ta remarque sur leurs œufs me fait réfléchir, car j’hésitais à n’avoir que des canards ( et leur femelles) et donc à pouvoir utiliser leur œufs pour notre consommation quotidienne d’œuf, mais je vais y réfléchir à deux fois maintenant 😀
    Merci encore !

    Répondre
  4. coucou Marie,

    Merci pour tes explications élevage canards. 🙂
    Ici, pas assez grand le terrain pour une petite patrouille anti limaces.
    Mais c’est tellement attendrissant.
    J’en ai eu un de canard petite et il était vraiment trop chou Il s’entendait bien avec notre chienne avec qui il dormait 🙂
    et il aimait venir se calfeutrer dans mes longs cheveux au niveau du coup.
    Je l’aimais beaucoup et j’en garde un beau souvenir
    profite bien de tes canards.
    bonne fin de semaine et bon weekend

    ps: as tu fini ta pièce et sa déco?

    Répondre
    • Et non, nous sommes encore en plein travaux car c’est long, il y a beaucoup à faire et moi je travaille à temps plein en même temps… peut-être cela sera-t-il terminé pour Pâques, au plus tôt 🙂
      Bon week-end Cendrillon !

      Répondre
  5. Bonjour Marie, je t’avais contacté sur YouTube suite à ta vidéo sur le canard coureur indien ! Ils sont trop mignons, je ne savais pas le côté pur race et croisé ,que cela impactais sur sa capacité à manger essentiellement des limaces , je voulais savoir si vous avez des œufs fécondés et si vous faites un envoi postal 🙂
    Merci
    Manon

    Répondre
    • J’ai demandé à ma fille, en soit c’est possible mais pas tout de suite car pour le moment on attend de voir si notre cane va couver ceux qui ont été pondus dernièrement. Après, nous pourrons envoyer les oeufs de l’autre cane.
      On se tient au courant?
      Sinon, regardez sur le Bon Coin, il y a toujours des annonces 🙂

      Répondre
  6. Je compte bien en prendre d’ici 1 ou 2 ans! J’en rêve depuis plusieurs années.
    Le plus difficile sera de trouver un élevage pour avoir de vraies pure race…

    Répondre
  7. Bonjour très chère Marie que je suis sur Instagram et merci pour cet article assez complet qui me donne matière à réfléchir. J’ai 14 poules, 1 coq, 1 bélier, 2 brebis, 4 agneaux … et une chienne et une chatte! Et un grand potager où nous essayons avec mon compagnon de mettre en œuvre des méthodes alternatives. J’ai très envie depuis 2 ans d’adopter des canards coureurs indiens mais voilà je n’ai pas de point d’eau pour l’instant. Et maintenant, vous précisez qu’il n’est pas très bon de les laisser dans le même enclos que le poules (ce que je comptais faire!)… je vais donc essayer de trouver des solutions avant de me lancer.
    Merci encore pour vos conseils et cette jolie vidéo dédiée aux coureurs.

    Répondre
  8. Bonjour et merci Marie pour ce retour d’expérience.
    Nous allons bientôt accueillir une petite patrouille à notre tour.
    Deux petites questions subsistent suite à la lecture de votre article:
    . Où dorment-ils? Cabane ou marre ou cabane sur la marre?
    . Vers qui nous tourner pour trouver des pure race?
    Merci encore

    Répondre
    • Ils dorment où ils veulent ces coquins ! Chez nous il y a une cabane, mais il est rare qu’ils y dorment ^^
      Pour ce qui est des élevages je ne saurais vous dire, ayant moi-même galéré avant d’en trouver. Hélas…

      Répondre
  9. Ici, j’attends le retour des grives pour qu’elles régulent la population d’escargots qui s’est prise d’amour pour toutes nos ouvertures cette année !! (pluvieuse, très pluvieuse, pas assez de froid non plus…), mais j’adore tes photos ♥

    Et pour les œufs de canard (de cane donc…) , j’ai ri en repensant à cette blague :
    « Un canard pond un œuf sur la pointe d’un toit d’une maison dont l’une des pentes est à 45% et l’autre à 10%
    De quel côté va tomber l’œuf ? » et que j’avais tronquée lorsque je l’avais racontée, au lycée, en ne parlant pas d’œuf, mais seulement de canard et lorsque l’on m’a répondu « de tel côté », j’ai rétorqué « Mais, un canard ça ne pond pas d’œufs ! » et en face, j’ai pu lire l’étonnement « mais de quel œuf parles-tu ? 😀

    Sinon, sur Instagram, tu ne vois plus mes réactions et messages en privé visiblement (cela arrive avec les comptes qui ont beaucoup, beaucoup de réactions 😉 : sophie_de_bonheur)

    Répondre
    • Coucou Sophie,
      Oui, je connaissais cette blague, et dernièrement ma fille l’a racontée à l’école, puis quelques unes de ses amies ont ri, et d’autres sont venues en délégation lui demander « Mais du coup Luce, comment les canards se reproduisent s’ils ne pondent pas d’oeufs? » ^^
      Et sinon, je suis tellement désolée pour Instagram : je reçois parfois 300 messages par jour, impossible de tout suivre… ma pauvre, je suis désolée.
      Je t’embrasse

      Répondre
  10. Bonjour Marie et bravo, une fois de plus, pour ce partage d’expérience très instructif;on ne dira pas qu’on ne savait pas;)
    la vidéo super!: arriver à synchroniser aussi justement la musique et les images a du vous demander un gros travail et le résultat est tout simplement génial:)
    A bientôt, c’est toujours un plaisir de vous lire ,Laurence

    Répondre
  11. Bonjour Marie , ce n’ai pas de jardin mais j’ai beaucoup aimé la vidéo
    canard avec la musique adéquate. Quel talent parmi tous les autres…
    Merci pour cet agréable moment
    Françoise

    Répondre
  12. Bonjour Marie
    Qu’est ce qu’ils sont photogéniques et beau ces canards,
    Je vais transmettre votre article à mon voisin car l’an passé il m’a dit qu’il comptait en élever cette année.
    Merci pour votre article enrichissant.
    Astrid

    Répondre
  13. Bonjour Marie
    Merci pour toutes ces explications , je n ai pas beaucoup de limaces dans mon jardin, mais j ai appris beaucoup de choses avec votre article.
    C est toujours un grand plaisir de vous lire , faire vos recettes de cuisine , et la vidéo sur L Archipelle était vraiment bien , bravo. j ai 5 poules pour l instant.
    Bon week end , Amitiés
    Joce

    Répondre
  14. Trop beaux et adorables tes canards!!!!!
    Une fois de plus j’adore ton article, ton humour, les photos et vidéos . . .
    En bref : merci chère Marie.
    Jo

    Répondre
  15. Bonjour Marie !
    Merci pour cet article grâce auquel j’ai enfin pu comprendre nombre de nos erreurs ! Nos derniers canards coureur indien étaient avec nous il y a plus de deux ans… nous avons dû nous en séparer car nous n’arrivions pas à favoriser un bon équilibre, notamment dans leur comportement entre mâles et femelles, mal équilibré, et donc affreusement délétère. Les oies sont beaucoup plus facile à gérer en cela je trouve.
    Tout ce petit monde me manque beaucoup, ils incarnent tellement de joie de vivre ! J’ai adoré vos photos et vidéos ! Bonne journée 🙂 Alice

    Répondre
  16. Bonjour,
    Merci pour ce bel article et la vidéo.
    J’ai encore quelques questions.
    Les canards supportent le froid, mais qu’en est-il de la chaleur? En effet nous sommes du côté de Béziers.
    S’ils n’ont pas de mare, mais un grand bassin, peut-on les laisser quand même quelques jours ? Est-ce que les buses, les genettes et les chats sauvages ne les attaquent pas ?
    Merci beaucoup,

    PS votre cake mimosa est génial, rapide à faire et top pour finir la mandarine ou orange que tout le monde trouvait moche et qui n’était pas mangé. Toute la famille se régale.

    Répondre
    • Vraiment aucun souci, une bonne bassine leur suffit lorsqu’il fait chaud…
      (Merci pour le retour sur le cake :))

      Répondre
  17. Coucou Marie, très complet cet article merci beaucoup ! Je serais heureuse d en avoir mais mon jardin petit risque d’être rapidement dévasté 😏. Très mignone les photos ils sont craquants…
    Bravo pour le studio qui avance ! cela va être super , j aime beaucoup l’association tomettes briques chaux.

    Répondre
  18. Merci pour ce bel article, je prévois de prendre des coureurs indiens au jardin et ce que tu nous livre m’aide beaucoup. On sent ton respect pour l’animal. Un bonjour de haute vienne!

    Répondre
  19. Bonjour,
    Merci pour cet article très complet, juste une petite question, rentre t il dans leur cabane le soir ? Et si non comment les protéger des prédateurs la nuit ? Merci !

    Répondre
    • Ils ne sont pas très disciplinés pour rentrer au bercail, vraiment pas ^^
      Il leur arrive même de dormir carrément dans la mare…
      Chez moi, ce qui les protège des rapaces (très nombreux et assez grands chez nous) c’est le gros prunier, le pommier et le pêcher qui couvrent quasiment tout leur enclos de leur ramure. Et contre les renards, nous avons trois chiens dont un grand berger beauceron qui « patrouille » toute la nuit dans le jardin… on ne fait pas mieux ^^.
      Bonne semaine à vous,
      Marie

      Répondre