Permaculture Familiale

« A la Sainte Simone, il faut avoir rentré ses pommes »

Ce dicton, je l’ai entendu pour la première fois de ma vie la semaine dernière. Et il m’a bien fait plaisir, vu que je venais tout juste de ramasser, trier, ranger et mettre en cave toutes les pommes de mon jardin !

J’ai en effet quelques pommiers, et l’année 2021 fut quelque peu mouvementée pour eux… Mais comme je suis un peu débordée cette semaine, je vous laisse les écouter, ils vont tout vous raconter à ma place ;).

Le prunier : Alors les pommiers, satisfaits de cette année 2021 ? Moi j’ai croulé sous les prunes !

Le pommier « Royal Gala » : Bah, ça dépend un peu. Faut dire que les choses avaient bien débuté : l’hiver dernier, après nous avoir brossé les écorces (un pur bonheur…) notre maitresse nous avait généreusement badigeonnés à l’onguent de St Fiacre : de l’argile, de la décoction de prêle, de la bouse de vache, que des choses raffinées pour les gourmets que nous sommes. Ça nous a donné une forme du tonnerre, et de plus nous avons été totalement débarrassés des vermines qui nous démangent toujours entre les écorces. Elle nous a aussi servi un bon plat bien revigorant (poudre de basalte, corne broyée et engrais pour fruitiers à l’aplomb de la couronne) et nous a étalé un bon petit édredon de paille au pied. Avec ça, on a refait nos forces, et on était prêts à tout déchirer au printemps suivant…

Le pommier « Breaburn » (l’interrompant) : Oui mais oh, tu te souviens un peu de ce truc bizarre qu’elle nous a fait en mars ?

Le Royal Gala : Tu veux dire, la piqûre ?

Le Breaburn : Voilà, cette perfusion à la gomme qu’elle a tenté de nous faire au moment de la montée de sève sauf qu’elle a piqué à côté … pas très douée quand même, l’arboricultrice du dimanche. Elle n’avait rien compris : écorce, liber, cambium, aubier, c’est pas sorcier tout ça !

Le Royal Gala : C’est vrai, je m’en souviens, elle n’a pas assez enfoncé l’aiguille et j’avais de la teinture mère de propolis et des huiles essentielles qui dégoulinaient partout le long de l’écorce, rien n’est passé dans ma sève. Dommage, parce que ça avait l’air bien cette perfusion, ça aurait pu nous aider à lutter contre les maladies cryptogamiques, du moins c’est ce que Marie avait lu dans un bouquin. Au lieu de ça, on a juste eu un bain d’orteils…

Le Reinette Grise : En tout cas cette année, avec tout ce qu’on avait bouffé en hiver on a assuré côté floraison hein les gars ?

Le Braeburn : Tu veux dire, jusqu’à ce qu’on se prenne une gelée dans les dents fin avril ?

Le Reinette Grise : Argh, m’en parle pas… Notre pote le cerisier a bien souffert le pauvre, mais nous, les pommiers de combat, on a quand même fait des pommes  !

Le Braeburn : Plein de pommes ! Trop, d’ailleurs… Et vas-y qu’on appelait la jardinière, heeeelp heeeelp, vient nous éclaircir Marie, on a en a gros là, ça va casser. Mais elle n’a rien compris. Elle s’ébahissait de voir nos innombrables petits fruits, elle disait à tout le monde « regardez un peu comme mes soins de cet hiver ont bien fonctionné », sans percuter un instant que même avec toute la meilleure volonté du monde on ne pouvait pas mener à bien le grossissement de toutes ces pommes-là… « Belle de Boskoop » a été plus malin que nous, il n’a fait que quatre pommes lui !

Le pommier Belle de Boskoop (amer) : Ouais, ben les gars, qu’est-ce que je me suis fait engueuler pour ces quatre pommes. La prochaine fois franchement je viserai un peu plus haut… le mari de la jardinière a même proposé de me couper pour planter à ma place « un truc qui produit vraiment de la bouffe ».

(Silence gêné, en souvenir de feu le sapin, débité il y a quelques années pour laisser place à un figuier).

Le Braeburn (persifleur) : Ou alors, la maitresse va essayer de te greffer en couronne, comme le pauvre prunier qui ressemble maintenant à une baïonnette de 14/18 surmontée d’un tire-bouchon.

(Silence doublement gêné, et regard plein de compassion vers ledit prunier).

Le Royal Gala (changeant nerveusement de conversation) : Quoi qu’il en soit, la grêle de juin s’est un peu chargée de nous soulager de nos fruits en trop…

Le Braeburn : Mais bon, la tronche de nos pommes rescapées après, c’était pas joli joli.

Le Reinette grise : Et la pluie ! Cette fichue pluie qui a duré presque 4 mois ! Ah je l’ai regrettée, la perfusion ratée, parce que du coup il a fallu se battre à mains nues contre l’oïdium, la moniliose, la tavelure… Notre « prestance » en a pris un coup cet été, vous vous souvenez ? Entre les feuilles découpées par la grêle et les pommes criblées par les attaques de maladies cryptogamiques…

Le Braeburn (avec un petit rire sarcastique) : Soyons positifs, on a eu à boire.

Toujours le Braeburn (s’emportant) : Et puis ne vous plaignez pas, moi j’ai dû supporter ce crétin de pied de potimarron qui m’a chatouillé les trous de nez tout l’été ! Quel pot-de-colle celui-là !

Le Royal-Gala : Je te trouve un peu râleur, il était affectueux, c’est tout…

Le Breaburn : Affectueux ! Et vas-y que je te bouffe la lumière, et vas-y que j’installe sans gêne mes énormes pommes orange en forme de toupie partout dans tes branches… J’attendais impatiemment que la jardinière voit ça, qu’elle l’arrache un peu ce Bernard-l’hermite. Ben tu parles, vous savez- quoi ? Elle l’a fé-li-ci-té !!! On croit rêver. Féliciter ce pique-assiette de première…

Le Reinette Grise : Tu es trop grognon, Braeburn. Je me souviens qu’elle t’a félicité aussi pour ta complaisance. Et puis, il avait l’air si fier ce pied de potimarron, d’être monté si haut !

Le Belle de Boskoop (très fier) : Et les gars, moi aussi j’ai aidé une cucurbitacée à grimper ! C’était des courges musquées de Nice je crois, des espèces de bananes vertes et luisantes qui mutent en cougourde orange courant septembre…

Braeburn (goguenard) : Ah, et ça n’a pas trop perturbé tes quatre pommes ?

Belle de Boskoop (boudeur et marmonnant dans sa barbe) : Tu sais ce qu’elles te disent mes 4 pommes ?

Une des trois brouettes ramenées à la maison 🙂

Le Reinette Grise : Trêve de querelles, chacun fait ce qu’il peut ici ! Même si évidement, personne n’égalera jamais la taille prodigieuse de mes pommes…

Le Royal Gala : Ni le rouge éclatant des miennes !

Le Braeburn : Je vous signale quand même que je ne fais ni les plus rouges, ni les plus grosses, mais mes pommes au moins, en avril elles sont encore pimpantes à la cave quand les vôtres sont déjà toutes parties en compote… ou au compost.

Royal Gala (conciliant) : Quoi qu’il en soit, les petites princesses du jardin sont venues tout récolter il y a quelques jours, et tout le monde avait l’air bien satisfait du résultat ! 60kg de pommes, ce n’est pas si mal, je m’attendais à moins bien que ça vu tout ce qui était tombé au sol.

Le Reinette Grise : On peut être fiers de nous, les gars. On a tout surmonté cette année ! Vous croyez qu’elle va nous brosser les écorces à nouveau ? J’en raffolerais… Et nous remettre de ce délicieux onguent kaki qui embaume la bouse de vache ?

Le Braeburn : Moi, du moment qu’on m’a enfin débarrassé de cet empaffé de potimarron…

Le Royal Gala : Euh, ne rigole pas trop. Je crois qu’on va bientôt venir nous clouer sur le coin de la tronche des boîtes à nid pour les mésanges… Paraît que ça nous débarrassera des carpocapses. En espérant que la jardinière sait mieux se servir d’un marteau que d’un perfuseur arboricole à la propolis…

Le Reinette Grise (philosophe) : Bah, ne nous plaignons pas trop. Dans ce jardin, on nous aime bien. Des fleurs dans tous les coins, des soins naturels, des poules qui nous gratouillent les pieds, des oiseaux et des butineurs partout, pas de tailles drastiques, ni de glue ou de chaux sur les troncs, aucuns traitements chimiques. Ce serait presque le paradis, si seulement la jardinière était aussi débrouillarde en arboriculture qu’en culture de fleurs et de légumes…

Comme ça, vous aurez aussi un petit aperçu de ma cuisine 🙂 En tout cas, je ne vous raconte même pas le parfum qu’il se dégageait de toutes ces pommes le jour où on les a triées. Dans une caisse, on a mis en vrac celles à passer vite en compote. Dans des cagettes de récup, bien propres et tapissées de papier, on a « bordé » les autres pommes pour leur petit dodo bien à l’abri dans la cave (ceux d’entre vous qui ont mon bouquin connaissent le secret du papier entre les pommes pour qu’elles se conservent plus longtemps n’est-ce pas? 😉 Surtout faites-le bien, car ça prolonge vraiment beaucoup le temps de conservation des pommes !).
Mes Royal Gala : Un peu tachées, mais l’intérieur est très sain, et elles ont un goût absolument dingue ! Rien à voir avec celles du commerce.
Les Reinettes Grises, mes préférées à faire au four, quand leur chair éclate à la cuisson pour un résultat comme « soufflé », léger, tellement gourmand !
La pesée, sur la vieille balance de ferme qui a plus d’un siècle et qui fonctionne encore super bien (avec mon imbécile de doigt devant l’objectif à droite, mais on va dire que fait un effet artistique…). Avec 60kg (58 exactement), on sera autonome pour tout l’hiver et une grosse partie du printemps. Jusqu’à l’arrivée des cerises, en fait 🙂
Tarte en progression… 🙂 J’essaierai de revenir un peu plus vite que la dernière fois pour vous donner des recettes !

Un peu plus de détails sur mes soins aux fruitiers (entre autres ;)) ici, mais aussi la culture des légumes, le petit élevage… et plein de recettes 🙂

53 réponses à “« A la Sainte Simone, il faut avoir rentré ses pommes »”

  1. Quel plaisir de lire ce petit article. Ah quand on laisse parler les arbres…
    Belle récolte !

    • Marie Chioca dit :

      Il y en a un à qui je prête un caractère un peu grognon, le pauvre, heureusement qu’il ne nous lit pas 😉
      Bon week-end Sylvie 🙂

      Marie

  2. Bernard RIOU-KERANGAL dit :

    Les dialogues sont sympas, humoristiques et instructifs.
    Malheureusement pour moi mes 4 pommiers non rien donné cette année à cause du gel tardif en Avril (-7°) et une semaine très froide. J’habite en Savoie près du lac d’Aiguebelette et je pratique la permaculture depuis 4 ans. j’ai acheté votre livre qui conforte ma façon de cultiver

    • Marie Chioca dit :

      Chez nous, ça a été très limite aussi fin avril… Et pourtant, ça résiste plutôt bien au froid un pommier.
      Pourvu que l’année 2022 soit bonne 🙂
      Bon week-end à vous Bernard,

      Marie

  3. Sonia dit :

    Chère Marie,
    Comme j’aurais aimé avoir, tout comme toi, à peser mes pommes cette année :-(…
    Nous avons planté un pommier à l’automne dernier qui s’est couvert de fleurs au printemps puis de bébés pomme, promesse d’une belle récolte (enfin le croyais-je !!!), nous étions tout heureux ! Et puis finalement plus rien.
    Est-ce en raison d’une maladie ou d’une attaque de pucerons ? Quelques feuilles étaient bien rabougries mais les branches ont semblé repartir après une arrivée de coccinelles.
    Aurais-je dû sacrifier quelques fleurs pour espérer une vraie récolte ? En tout cas, les petites pommes sont toutes tombées cet été… Je n’en ai même pas goûté une. Snif !!!
    Aurais-tu une idée ? Un petit diagnostic ? Quelques idées ?
    Je ne désespère pas !
    Mille mercis d’avance pour tes recettes, tes bons conseils et tes photos si belles que j’attends tes articles avec toujours autant d’impatience 😉
    Sonia

    • Marie Chioca dit :

      Aïe, pauvre Sonia… en plus, je ne sais vraiment pas quoi te dire, car cela ne m’est jamais arrivé.
      Y aurait-il un docteur (pour pommiers) dans la salle pour répondre à Sonia?
      Bon courage, et ne désespère pas, ça non 😉

      Marie

    • Socle pommier est jeune et planté depuis peu, cela est normal qu’il n’y ai pas eu de bonne récolte. Les arbres font d’abord leurs racines puis entre 2 et 5 ans leurs premiers fruits. De plus en plus en quantité…
      C’est long les fruitiers, patience 😁

    • Marianne ARMAND dit :

      Bonjour Sonia, ne désespérez pas, c’est tout à fait normal pour un jeune arbre, d’ailleurs je conseille d’enlever toutes les pommes la première année de production pour ne pas le fatiguer. L’année suivante, après la chute physiologique, supprimer les plus petits fruits, en principe on ne garde qu’une pomme par bouquet de fleurs, ça fait un peu mal au cœur…j’en garde 2. A chaque automne je mets des scories potassiques comme engrais, les fruitiers adorent! A glisser dans des trous fait à la barre à mine à l’aplomb des branches autour du tronc. Vous souhaite une future bonne récolte!

  4. Jo dit :

    Merci chère Marie pour ce nouveau partage.
    Cà me fait très plaisir, ici (Val de Loire)
    pas une pomme, pas une poire, ni prune,
    ni noix ….Rien, vraiment rien.
    Tellement contente pour tes belles récoltes.
    Merci!!!!
    Et ravie de te retrouver dans mon dernier « 4 saisons » Très chouette, j’ai l’impression de faire partie de la famille Chioca (ah!!!ah!!! pardon Marie!)
    Mille merci, ménage-toi, prends soin de toi et des tiens.
    Bises.
    Jo

    • Marie Chioca dit :

      Pas un fruit? C’est quand même fou, pauvre Jo…
      Pourtant, c’est plutôt bon comme climat le Val de Loire, pour les fruitiers?
      C’était la première année que cela t’arrivait?

      Plein de bises aussi 🙂
      Marie

  5. Christine Ampe dit :

    Quel bonheur à lire cet article Marie. Belle récolte malgré les assauts de la nature cette année. Bravo à vous et merci encore pour votre humour… Ça fait du bien

  6. totoche dit :

    Quand tu ne seras plus quoi faire tu pourras écrire une BD instructive sur ton potager et tes recettes. J’en rigole encore.
    J’en salive car point de pommes ici sauf des pommes d’amour que je ne connaissais pas. Pas grand chose à voir avec nos belles pommes de métropole, celles produites avec amour.
    Bravo pour cette belle production.
    Bises Marie

    • Marie Chioca dit :

      Je suis tellement curieuse, ça ressemble à quoi les pommes d’amour? Moi je ne connais sous ce nom que le truc tout rouge et luisant qu’on vend dans les foires 🙂

  7. JACQUELINE dit :

    Coucou Marie j’ai adoré ton article et cette discussion entre tes pommiers formidable ce sont de bons acteurs et quelle quantité de pommes tu as récolté même si tu as plusieurs pommiers tu vois ils sont gentils tu les as gâtés et ils te l’ont rendu en retour. Quelles belles tartes tu vas faire et déguster avec ta petite famille. Nous nous n’avons eu que très peu de pommes cette année l’année dernière avait été plus généreuse. tant pis. Je t’embrasse très fort. Jacqueline

    • Marie Chioca dit :

      J’en ai ramassé beaucoup plus l’an dernier moi aussi… Mais bon, on va dire que c’est suffisant, donc on se sent bien gâtés.
      Plein de bises Jacqueline !

      Marie

  8. Line dit :

    Dans le Haut Jura, pas un fruit… pas de pommes, ni prunes, ni poires, ni groseilles. Les gelées et la neige tardives de ce printemps ont tout brûlé. Tu as eu de la chance…le moins qu’on puisse dire, c’est que je ne suis pas débordée par les récoltes et les épluchures!
    Par contre, je lis ton livre avec grand intérêt, car on a souvent des pommes et des poires tavelées.

    • Marie Chioca dit :

      Mince, pauvre Line ! Apparement, en lisant les autres messages tu verras que tu n’es pas seule dans ton malheur…
      Pourvu que 2022 soit une meilleure année !
      Bon week-end à toi,
      Marie

  9. Catherine B-V dit :

    Moi aussi j’ai voulu tenter quelques onguents mais la bouse de vache est une denrée rare dans mon secteur 😒 que des champs cultivés !
    Bravo!
    J’ai fait sécher qq pommes pour refaire tes super cookies aux noisettes 😌 les miennes ne vont pas se garder très longtemps je pense

    • Marie Chioca dit :

      Ici, c’est plein de vaches (région du Saint-Marcellin) et de plus, il y en a dans les champs les plus proches de ma maison ^^. Je suis drôlement gâtée 😉
      Des bises Catherine 🙂 (et bon cookies ^^)
      Marie

  10. Florence dit :

    Bonsoir Marie,
    Quelle poésie mais je suis sûr que tu n’as rien inventé, que tu as simplement retranscrit ce que tu as entendu dans le verger. 😁
    Jolie récolte, pour nous il n’y aura eu qu’une grosse brouette.
    Douce soirée.

    • Marie Chioca dit :

      J’ai récolté à peu près 3 brouettes, mais pas pleines à ras bord.
      C’est beaucoup moins bien que les autres années, mais on va dire que c’est suffisant. J’espère qu’elles se garderont bien, ça c’est un peu l’inconnu, car elles sont moins saines que les ans passés…
      Bon week-end Florence,

      Marie

  11. ninidio dit :

    Merci pour la discussion de tes pommiers. Alors si je comprends bien tout ce qui est dans la cuisine va passer en compote 😋😋😋😋. En tout cas ils te remercient bien des soins que tu leur apportes. Bises. Nivole

    • Marie Chioca dit :

      Non non, la photo c’était AVANT que je les trie et les mette en caisses 😉
      Des bises aussi chère Nicole,
      Marie

  12. Anne C dit :

    Quel bonheur de lire ce nouvel article, avec la douce impression de se sentir moins seule …moi qui suis capable de faire «  parler » les arbres et les plantes …nous prendrons soin des pommiers ( et des autres !) cet hiver en espérant que la saison prochaine sera plus clémente, les gelées ici ( Loir et Cher ) n’ont pas été douces, elles…
    Nous avons quand même les belles reinettes de Saintonge, qui éclatent aussi au four en moussant.
    Merci merci Marie !!

    • Marie Chioca dit :

      Je suis fana de toutes les reinettes je pense ^^
      Même quand elles sont un peu plus mûres et deviennent un chouïa farineuses, ici je suis la seule à m’en régaler 😉
      Bon week-end Anne 🙂

      Marie

  13. Steph Marmott dit :

    Coucou Marie,
    J’aurais bien vu une BD accompagnant ces dialogues bien drôles 😄
    Ici on a eu 4 pommes (mais le pommier n’a été planté que l’année dernière 😉)
    Bonne journée !
    Bises

  14. Maryse dit :

    Quel plaisir de te lire ,c etait très drôle.
    Combien as tu pommiers ,pour une récolte pareil ?
    Nous ,pas terrible la récolte ,il ne reste que quelques petites pommes pour passer en pomme cuites ,le reste est déjà mangé, c est pour te dire la maigre récolte…

    • Marie Chioca dit :

      Six, dont deux qui ne produisent jamais (je ne sais même plus quelle variété c’est censé être)… et le Belle de Boskoop qui n’a réellement produit que quatre pommes.
      J’ai donc tout ramassé sur trois arbres. Mais c’est beaucoup moins que les autres années chez moi aussi !
      Bon week-end Maryse 🙂
      Marie

  15. bluetit dit :

    après dialogue de bêtes , dialogue de pommes!
    les gelées ont eu raison de mon mirabellier
    mon pommier des moissons a fait au mieux et les oiseaux aussi , pas gâtés ni les un ni les autres , je les ai laissé en profiter aussi
    bonne dégustation , une pomme par jour éloigne le médecin dit on..
    bisous et belle journée

    • Marie Chioca dit :

      Une pomme par jour éloigne le médecin… si on sait bien viser (ajoutait je ne sais plus quel homme d’état britannique célèbre, Churchill il me semble).^^
      Des bisous à toi aussi Bluetit 🙂
      Marie

  16. Marie dit :

    J’adore écouter la nature 😀
    Ca fait bien envie cette récolte et j’imagine le parfum… hmmmm…

    • Marie Chioca dit :

      Je lis ton message alors que ma fille est en train de faire rôtir des pommes au four avec de l’huile de coco, de la vanille et de la cannelle… aaaarh, ça sent bon, comme tu dis.
      ^^
      Bon week-end à toi Marie 🙂

  17. Bialasik dit :

    Sympas les amis du verger, même s’ils se plaignent un peu parfois…Appétissantes les jolies photos et instructifs tous les conseils dont je ne perds aucune miette! Bizzh bretonnes à Marie et toute sa troupe !Sabine

  18. monique59 dit :

    Un vrai régal que ces aventures et ces beaux portraits de pommes ! merci Marie !

  19. Maryline dit :

    C’est un plaisir d’avoir des nouvelles du potager/verger/élevage de la famille Chioca, surtout pour tous ceux et celles qui possèdent le livre « mon fabuleux jardin en permaculture »!
    J’ai une question : Reinette grise se félicite de ne pas avoir de chaux sur son tronc. Pourquoi ? Autant, j’ai trouvé plein d’info sur le côté néfaste de la bouillie bordelaise. Mais en ce qui concerne le blanc arboricole, je n’ai pas trouvé d’info expliquant pourquoi c’est un produit à bannir.
    Pourriez-vous me donner l’explication ou me dire où trouver l’info?
    En attendant, je vais tester la poudre de basalte, que j’ai enfin réussi a trouver. Ce livre est une petite merveille, c’est vraiment une aide précieuse!

    • Marie Chioca dit :

      En fait, ce n’est pas vraiment toxique, mais cela brûle un peu. L’onguent de St Fiacre est plus doux, et plus fortifiant aussi.
      Merci en tout cas pour ce gentil message Maryline !

      Marie

  20. HEJNOSZ MARTINE dit :

    Magnifique, laisser parles les artistes de ce magnifique jardin c’est un réel plaisir. On imagine sans peine les fabuleuses recettes qui seront réalisées avec ces pommes. J’ai pris des notes et vais essayer de soigner mon mini verger cet automne. Mais je ne clouerai pas de boite pour les mésanges. C’est les mirabelles qu’elles ont mangées pas les carpocapses.
    Merci pour cet article divertissant et intructif

    • Marie Chioca dit :

      Ah, les coquines de mésanges 😉
      Ici ça va, elles laissent mes mirabelles à peu près en paix…
      Belle journée à vous,

      Marie

  21. Bonjour Marie.
    Petite question, qu’elle est cette perfusion dont les pommiers parlent?
    Cella m’intéresse pour les miens, bon j’en ai une quinzaine ça va être dur d’en faire a tous 🤭
    Tu as une vraie cave pour la conservation ? Ici malheureusement je n’en ai pas, et mes 130 kilos de pommes ont eu beaucoup de mal a conserver, elles finissent toutes en compote…

    • Marie Chioca dit :

      Coucou Payette 🙂
      Pour la conservation, je les mets dans des caisses de bois sur une seule épaisseur, et je sépare chaque pomme avec du papier kraft. Puis, je les mets à la cave. On en perd quand même, mais moins 🙂
      Plein de bises à la petite famille !

      Marie

  22. Christine dit :

    Bonjour Marie
    Quel bonheur, ce dimanche matin de faire un petit tour, Olivier et toi dans ton « fabuleux potager ». Depuis quelques années, j’ai travaillé pour la vie du sol. J’avais un terrain de remblais [lotissement) et en 10 ans avec des apports de fumier et de paille(au depart) depuis 2 ans c’est du foin.mon sol est devenu fertile, des cosmos de 1 m voir plus c’est devenu une forêt.
    Du pur bonheur.
    Merci encore pour ce partage
    Christine

    • Marie Chioca dit :

      J’ai vécu un peu la même chose chez moi, et c’est assez émouvant de voir le sol reprendre vie…
      Merci beaucoup en tout cas pour ce si gentil message, je suis très touchée 🙂
      Belle soirée à toi Christine !
      Marie

  23. Géraldine dit :

    Jolie histoire, avec les arbres en conversation, on se croirait presque dans un livre de Pagnol. Très agréable à lire. Et très joli blog avec de très belles photos romantiques. Merci

    • Marie Chioca dit :

      C’est moi qui vous remercie Géraldine pour ce si gentil message, je suis très touchée !
      Belle soirée à vous 🙂

      Marie

  24. Bonjour Marie,
    Je vous ai découverte il y a quelques semaines. Déjà à ce moment-là j’aimais beaucoup votre site. Aujourd’hui, j’avais envie de commenter votre superbe article très bien écrit, original et entraînant ! On se prête au jeu et on rigole avec vos arbres ! Hihi, comme vous avec vos pommes, votre article a été un régal pour moi 🙂

  25. Nathalie du Midi dit :

    Merci Marie pour cette jolie conversation entre pommiers, je me suis régalée à te lire, c’etait beau comme du Colette ! Quelle chance pour toute la famille, régalez-vous bien ! Ici dans le Var point de pommiers, alors ça fait rêver cette abondance 😉

    • Marie Chioca dit :

      Oui, mais toi tu dois sûrement avoir de bons figuiers… ça me manque tellement ! Les miens sont un peu chétifs 😉
      Belle journée à toi Nathalie !
      Marie
      (J’ai habité le Var pendant deux ans, j’aime beaucoup :))

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *