Permaculture Familiale

Salade de mai (et autres aventures piquantes ^^)

Aujourd’hui, il était prévu que je vous parle en détail des belles laitues craquantes de mon potager de mai… mais il est survenu un évènement inattendu qui va quelque peu bouleverser le programme.

Ce matin tôt, en descendant de ma chambre pas très bien réveillée (après un cauchemar horrible, une histoire de serpent qui s’était glissé dans la maison et nous repérait la nuit dans nos lits à cause du gaz carbonique que l’on dégage en respirant, bref, un truc débile ^^), j’ai eu la surprise, que dis-je, la stupéfaction (hum, allez on peut même dire l’effarement) de découvrir plusieurs de mes enfants à quatre pattes sur le sol, fouillant compulsivement sous chaque meuble avec une lampe de poche…

« Râââh ! Vous cherchez QUOI là les enfants ? » (j’avais encore mon cauchemar en tête évidemment!).

Là, je vois quelques mines déconfites se tourner vers moi, des regards navrés, vaguement coupables, en tout cas franchement catastrophés, bref, rien de bien rassurant. Et me voilà à paniquer « Argh, LE serpent ! ».

Bon, ça ne serait pas très sympa de vous faire flipper plus longtemps, alors voici le fin mot de l’histoire :

Hier, un de mes grands est rentré de nuit à cause de son travail. Il a trouvé sur la route proche de chez nous un autre hérisson (car pour ceux qui n’ont pas tout suivi, nous avons régulièrement au jardin la visite d’un ravissant petit coussin piquant nommé « Kissifrot 2 », lequel vaque en toute liberté entre notre potager et la forêt toute proche). Inquiet de laisser un hérisson au bord de la départementale, il a voulu le ramener pour, je cite, « tenir compagnie à Kissifrot ».

Cela partait d’une bonne intention, sauf qu’on ne touche jamais à un hérisson, même s’il semble en danger au bord de la route : ces petites bêtes ont leur terrain de chasse, il ne faut pas les troubler. Mais cela, notre « sauveteur » ne le savait pas… Il a donc ramené triomphalement son hérisson, et comme je dormais déjà, l’a mis dans un très grand panier à bûches de la cuisine avec des croquettes et de l’eau pour me faire une « surprise » le lendemain au réveil.

Sauf que ce qui devait arriver arriva.

Le hérisson a bien mangé, bien bu, puis s’est fait la malle. On a retrouvé de longs écheveaux de moutons de poussière au milieu de chaque pièce du rez-de-chaussée, preuve qu’il a fait la nouba toute la nuit (merci du coup à « Kissifrot 3 » d’avoir gracieusement dépoussiéré sous mes meubles, je lui en suis très reconnaissante et il n’aura pas affaire à une ingrate : dès que je l’aurai récupéré, je le relâcherai illico en pleine nature là où il a été trouvé). Mais l’histoire, c’est qu’après avoir passé un bon moment tous à plat ventre sous les meubles (avec l’heure de l’école qui avançait dangereusement) il a bien fallu admettre que le hérisson restait introuvable.

Le cresson alénois : après nous avoir régalé tout l’hiver de ses petites pousses ultra goûteuses (la roquette à côté, c’est pour les fragiles ;)), il monte au printemps et forme de minuscules fleurettes blanches comestibles. Fin mai, je le coucherai au sol et il me servira d’engrais vert (une belle couverture azotée) pour ma culture de concombres. Idem pour la mâche, les épinards d’hiver, la claytone de Cuba, le persil de l’an dernier, etc. qui me servent « d’engrais verts comestibles »…

Et là ce fût LA découverte.

Un pipi et aussi un… heu, disons « popo » de hérisson en HAUT des escaliers.

Cette ravissante pelote d’épingles est donc en train de roupiller dans une des 5 chambres de l’étage, ou dans le « couloir des playmobils » (une sorte de vaste foutoir faisant vaguement office de salle de jeu que j’ai renoncé à ranger depuis un bon moment déjà), ou dans la salle de bain, ou dans une penderie (en « vaporisant » allègrement ses puces sur les vêtements ^^ ).

Et là, ça ne va pas être la même limonade pour le retrouver parce que l’étage, c’est bourré de recoins quasi inaccessibles et tous plus séduisants les uns que les autres pour un hérisson en recherche d’un B&B de dépannage pour la journée. Vous me direz, c’est toujours mieux qu’un serpent dans la maison (inconsciemment, j’ai dû entendre le hérisson se promener dans la maison pendant la nuit, d’où mon cauchemar débile). Mais il faut néanmoins que je le retrouve pour le remettre dans la nature, quitte pour ça à retourner chaque cartable ou sac de sport qui traîne dans chaque recoin de chaque chambre, chaque panier de pelote de laines, chaque berceau de poupée, chaque tas d’habits « tombés du porte-manteau », chaque caisse de vêtements de skis « qui attendent là d’être montés au grenier », chaque panier de peluches, bref, soyez sympa et souhaitez-moi bonne chance dans ma quête hein. En tout cas ça tombe bien, je n’avais pas grand-chose à faire aujourd’hui (soupir).

Du coup je vous donne ma recette de salade, je vous explique vite-fait deux ou trois trucs, et puis je retourne fissa à ma partie de cache-cache géante avec, en guise de facétieux adversaire, un simili porc épic sûrement mignon à croquer mais sur lequel je vais essayer de ne pas butter en chaussettes.

Mon challenge sensoriel d’aujourd’hui ?

Retrouver un hérisson en utilisant si possible ma vue et mon ouïe plutôt que mon toucher ^^

Salade aux fleurs de mai

Revenons donc à notre recette de salade, car je vous trouve déjà bien assez patients 😉

Dans cette recette, les petites fleurs ne sont pas là juste pour décorer, mais apportent une vraie saveur. Je ne les ai pas cultivées exprès, ce sont des légumes qui ont fleuri au potager : principalement des navets (fleurs jaunes au parfum de raifort), du cresson alénois (toutes petites fleurs blanches un peu « piquantes » comme de la moutarde), bourrache (un semis spontané), ail des ours (dans ce dernier cas, les fleurs sont plus décoratives que parfumées, contrairement à leurs feuilles aux arômes puissants).

J’aime beaucoup laisser monter en fleurs certains légumes au printemps (mâche, persil, choux, navets, claytone, céleri, carottes…) car cela permet d’offrir une nourriture abondante et précieuse aux insectes butineurs et auxiliaires : Or, un jardin accueillant et nourricier pour eux en toute saison est le seul moyen de fidéliser leur présence (oiseaux compris), favorisant ainsi soit la pollinisation, soit la lutte contre certains ravageurs. Ces écosystèmes vivants, précieux, admirablement bien organisés et équilibrés, on ne les retrouve plus que dans les zones très sauvages… ou les jardins cultivés en permaculture depuis plusieurs années :).


  • Ingrédients pour 6 personnes
  • Préparation : 15min
  • Cuisson : 8 min

Récoltez et lavez une ou deux laitues au choix, une poignée de roquette sauvage, quelques feuilles d’épinards, une poignée de persil, quelques radis roses, 2 ou 3 cebettes (oignons tiges) et quelques petites fleurs comestibles du potager (ici, des fleurs de navets, de bourrache et d’ail des ours).

Cuisez 6 œufs pendant 8 min à l’eau bouillante, puis écalez-les et coupez-les en deux.

Retirez les feuilles des radis (à conserver pour une soupe !) et émincez-les. Ciselez les cébettes, hachez grossièrement le persil aux ciseaux.

Mélangez 8 c. à soupe d’huile d’olive, 3 c. à soupe de vinaigre de cidre, 1 grosse cuillerée à soupe de moutarde à l’ancienne, un peu de sel et d’origan séché (facultatif : 1 c. à soupe de tapenade noire).

Mêlez tous les ingrédients dans un saladier, et nappez de sauce.

Et voilà, c’est tout simple, totalement délicieux, presque gratuit… et ultra bienfaisant pour la santé !

La salade en haut du panier est une « Rouge Grenobloise » : c’est la batavia que je plante le plus, elle est délicieuse, résiste à tout, est super bien adaptée à mon terroir. Juste en dessous, c’est une « Rougette de Montpelier », autre favorite du potager.
Mon potager début mai : j’ai gardé les « choux montés » couverts de fleurs (les abeilles s’en donnent à coeur joie), les laitues poussent au pied des pois gourmands (je les récolterai pile quand les pois auront davantage besoin de place) et les cebettes bordent les carreaux de terre cuite qui délimitent une petite allée. A droite, on aperçoit un peu les fèves (tellement hâte d’être en juin pour y goûter :)). Cette année, nous avons toujours eu de quoi bien nous nourrir au potager, y compris en période de « soudure » (mars/avril) car pour optimiser ce que notre sol se donne la peine de produire, nous consommons souvent les fanes, les fleurs, les tiges, les repousses spontanées… Si l’on y regarde d’un peu plus près, il y a tant de bonnes choses à mettre dans nos assiettes plutôt qu’au compost ! 🙂
Les petits « radis de 18 jours », si communs certes, mais tellement rapides à pousser ! Leur arrivée dans nos salades de printemps apporte un peu de variété, et ils nous font toujours vraiment plaisir 🙂 Et puis sincèrement, le croquant d’un radis que l’on vient de ramasser n’a rien de comparable avec ce que l’on trouve au marché… En fait, les radis du jardin m’ont appris à aimer les radis 😉

C’est la première année que je me risque à manger les fleurs de navets 😉 Elles ont un goût extra, vraiment très proche du raifort. Mais c’est juste pour « épicer » les plats avec parcimonie : ne tentez pas de vous en faire une mono-salade (sauf si vous vous entraînez comme cracheur de feu).

51 réponses à “Salade de mai (et autres aventures piquantes ^^)”

  1. Elodie/bidi dit :

    Merci j avais perdu mon sourire et cette histoire de kissifrot3 m a fait rire. Merci Marie. Alors retrouvée la bestiole?

  2. Christine dit :

    C’est toujours un réel plaisir de vous lire Marie, sacré kissifrot 😆 Merci de nous faire sourire, on en a bien besoin 🙏

  3. JNX dit :

    Merci de nous faire sourire Marie !
    Un bonheur !
    Bonne recherche & on veut des nouvelles du pensionnaire !

    • Marie Chioca dit :

      On l’a retrouvé planqué sous une grosse commode ^^
      Il nous regardait avec des petits yeux coquins 😉

  4. Line dit :

    Dans tes posts, il se passe toujours de quelque chose d’inédit… bon courage avec le hérisson! Cette salade « récup » est une super bonne idée; moi on m’a appris à ne pas laisser monter inutilement » en graines la mâche etc… eh bien je vais pouvoir m’appuyer sur ce que tu fais! Est-ce que tu sais si les fleurs de roquette sont bien pour mettre dnas une salade? La mienne est en train de monter d’un seul coup!

    • Ce qui est super en laissant monter la mâche et autres salades d’hiver, c’est que vous offrez à votre sol une banque de graines qui fleurira spontanément à l’automne, agissant comme couvre-sol et vous gratifiant de salade tout l’hiver pour finir en engrais vert. Tout ça, sans rien faire!
      Pour la roquette, ces fleurs-là seraient parfaites pour agrémenter la salade.

    • Marie Chioca dit :

      Oh oui, les fleurs de roquette c’est délicieux dans les salades ! Mais ça pique un peu 😉

  5. Silviastella dit :

    Merci pour cette super salade mais également encore pour l’aventure épique (je n’ai pas dit porc) de kissifrot3 ! Vous avez l’art de raconter .. juste génial !
    Belle et douce connaissance avec le mr ou la demoiselle du pipi, popo 🙏🏻😁😃
    Amitiés

    • Marie Chioca dit :

      Il est vraiment marrant ce hérisson, pour l’instant impossible de le faire sortir de dessous sa commode : cette nuit il est sorti pour manger, boire, mais dès que je me suis levée (à 1H30 du mat !) pour tenter de le surprendre il a couru se replanquer sous sa commode. Je vais retenter cette nuit car le jour, il roupille, et cette commode buffet est trop énorme pour qu’on la déplace (en plus, on aurait peur de lui faire mal).
      En attendant, mon chien fait une crise de jalousie ! Il nous voit rentrer dans la maison avec SES croquettes et ça lui fait penser qu’on a dû adopter un autre chien en douce ^^

  6. Nadege dit :

    Quelle aventure l avez vous retrouve cette petite bête ?
    Merci pour tous vos partages
    J essaie plein de choses patate sur gazon. Plants de choux de plusieurs sortes idem pour les courges
    À suivre

  7. Annie dit :

    Quel bonheur de vous lire, j’ai m
    Immédiatement les’images de votre’chasse au kipiq dans la maison. Je n’imaginais pas qu’un hérisson soit capable de monter un escalier ! Vivement qu’on sache où il s’était caché

    • Marie Chioca dit :

      Sous une très grosse commode 😉
      Mais comme elle est vraiment très lourde, on attend qu’il sorte tout seul de sa « tanière », parce qu’il a déjà fait une excursion cette nuit (pour manger des croquettes et boire de l’eau qu’on lui avait mis à disposition), mais dès qu’il m’a vu il est retourné se planquer… et je n’ai pas pu le rattraper.
      Quel zigoto celui là ^^

  8. Mélette dit :

    Bonjour,
    C’est l’histoire de la petite bête qui monte….monte… et de plus c’est extrêment curieux , j’ai expérimenté!!! Bonne chasse.
    Marie, tu dois savoir que l’on peut manger les cosses de fèves, et le sommet des petites feuilles, c’est super bon.Nous attendons de savoir où tu l’as récupéré.

    • Marie Chioca dit :

      Pas encore récupéré, mais localisé, et c’est déjà ça ^^
      …Sous une grosse commode, presque impossible à bouger. J’attends qu’il sorte cette nuit pour tenter de l’attraper : la nuit dernière j’ai déjà essayé quand il a enfin quitté son abri, mais il est plus rapide que moi. Enfin, plus rapide que moi la tronche enfarinée à 1H30 du mat 😉
      Ne t’inquiète pas, en attendant il mange et bois bien sous sa commode…

  9. Bonjour Marie, c’est toujours un régal de vous lire !
    Merci pour l’histoire du hérisson même si c’est un job en plus.
    J’ai mangé des feuilles de salades de Mon Potager (en plessis et en hauteur) tout l’hiver … Un vrai plaisir addictif 😉
    Bon mois de mai à tout le monde
    C

  10. Jackie dit :

    Oh la la cette histoire de kissifrot3 m a fait beaucoup rire. J’espère qu’au moment où je réponds à ton article et bien que ce petiy hérisson a retrouvé son habitat naturel. Bisous Marie

    • Marie Chioca dit :

      Pas encore ! Ce zigoto s’est planqué sous une grosse commode : il sort la nuit pour boire et manger, mais la nuit dernière je l’ai loupé (il est super rapide !). On va retenter de l’attraper ce soir. En attendant, il a tout ce qu’il faut pour boire et bouloter… sous sa commode 😉

  11. ninidio dit :

    Tiens nous au courant quand tu auras retrouvé ton hôte qui pique. Merci pour la recette. Bonne journee Nicole

    • Marie Chioca dit :

      Je vais ré-essayer cette nuit, car la nuit dernière je l’ai loupé : il est bien sorti pour se balader, mais il a été plus rapide que moi pour se replanquer sous sa commode… quel betasson 😉

  12. Céline dit :

    L’histoire « avant d’aller faire dodo » a lire a mes ptits loulous est toute trouvée ! Merci Marie ! Vous avez de réels talents de narratrice, un vrai plaisir vous lire ! Décidément, j’y reviens, mais dans vos multiples occupations quotidiennes gardez un ptit recoin pour mijoter la possibilité d’éditer tous vos articles en fin d’année !
    Et bien sûr…il nous tarde d’avoir la suite de l’aventure !
    Belle journée à toi et merci pour ce beau partage !

    • Marie Chioca dit :

      La suite, je viens de la raconter à plusieurs personnes avant vous en réponse aux commentaires ^^
      En gros, l’histoire est en stanb-by : Mr le hérisson se plaît sous une énorme commode, il sort pour boire et manger la nuit, mais court plus vite que nous pour se replanquer dès qu’on allume la lumière pour tenter de l’attraper 😉
      C’est un warrior ce hérisson !

  13. Marie Odile dit :

    Aussi surprenant que cela paraisse, les hérissons sont de bons grimpeurs ! nous sommes trop loin pour que je te prête mon Hadock que le gros hérisson du coin énerve beaucoup, il te l’aurait trouvé en 3 secondes ! la véto m’a dit que les puces de hérissons ne vont pas sur l’homme mais je ne suis pas aussi affirmative !
    Hier j’ai mangé les premières fevettes, sur une tartine de chèvre frais avec un petit hachis de menthe et de ciboulette, fleur de sel et huile d’olive.

    • Marie Chioca dit :

      Pour le coup des puces, j’espère que ton véto a raison parce que le hérisson s’est planqué sous une énorme commode quasi indéplaçable, et n’a pas du tout envie d’en sortir… Il se débrouille pour manger et boire quand a le dos tourné, puis court de replanquer…
      Haddock, c’est un toutou?

  14. Jo dit :

    T’es trop forte Marie . . .
    Lance -toi dans le roman, Gallimard et autres se disputeront pour te publier.
    Merci mille fois.
    Jo

    • Marie Chioca dit :

      😉
      Je réserve les mille et une âneries de ma vie à mes fidèles lecteurs du blog 🙂
      Des bises Jo !

  15. Catherine GODINOU dit :

    Bon ben moi j’attendrai en silence dans la maison à la fin de la journée au début de la nuit notre quipique va bien sortir de sa cachette et un hérisson c’est bruyant!!!Bon courage et bonne chasse à toute la famille…A la prochaine aventure!

    • Marie Chioca dit :

      J’ai essayé, bien sûr, mais la nuit dernière je l’ai loupé : dès que j’ai allumé la lumière, il a couru (à une vitesse, mazette…) se replanquer sous une énorme commode. Mais il avait bien mangé, bien bu, du coup je ne suis pas inquiète pour lui.
      Et on va essayer de le rattraper par surprise ce soir 😉

  16. Jacqueline dit :

    Coucou Marie merci pour ta belle recette de salade bonne chance pour la recherche du hérisson et quelles belles photos de ton jardin je t’embrasse très très fort Jacqueline

  17. Catherine B-V dit :

    Serait ce chercher une aiguille dans une botte de foin ?
    Nous attendons la fin de l’histoire. 😅

    • Marie Chioca dit :

      Pour l’instant, c’est : hérisson 1- Marie 0
      Deuxième manche cette nuit, car la nuit dernière il m’a battu à la course pour retourner se planquer sous une énorme commode…

  18. CHRISTINE dit :

    Bonne chasse au hérisson kissifrot.
    Il m’est arrivée, il y a quelques années, une aventure avec un hérisson.
    L’été, avec la chaleur, je laisse mon volet entrouvert.
    Et une nuit, j’entends un frottement mais pensant que j’avais rêvé, je me rendors.
    Le lendemain, rebelote, un bruit de frottement mais, plus intense.
    J’allume la lumière et je cherche.
    Et oui, entre le mur et un carton, un bébé hérisson était bien là.
    Je l’ai sorti et dans la journée mes voisins me racontent la visite dans la nuit de mon compagnon de la veille.
    Merci pour ces aventures…

    • Marie Chioca dit :

      Un bébé hérisson, comme ce devait être mignon 🙂
      Celui-ci est au contraire vraiment très gros ! (Et très rapide, et très agile…)

  19. patdub dit :

    J’ai presque envie de dire : » dis, père Castor, raconte nous une histoire … »
    Bon, les moins d’un certain âge ne comprennent peut-être pas, les livres du père Castor ont bercé mon enfance 😉
    En tout cas, dommage que je n’ai plus de petits à endormir le soir, je leur aurais raconté cette histoire , en attendant le dénouement.
    Miam, ta recette donne envie de retrouver les bonnes salades composées, pleines de saveur et de vitamines.
    Bonne journée. Gros bisous

    • Marie Chioca dit :

      Ah ben bravo, merci pour la ritournelle dans la tête Pat ^^
      Bon, sans rancune, gros bisous aussi 🙂

  20. Murielle GUILLARD dit :

    Marie, vos aventures ménagères me replongent direct il y a 15-20 ans en arrière lorsqu’avec mes garçons, nous dévorions les Aventures de la Famille Passiflore » !!! Douceur, poésie, espièglerie, que du bonheur ! Merci pour vos partages !!!
    Mu

  21. DoMi dit :

    Magnifiques photos, comme toujours, mais recette peu accessible aux citadins…
    Vous devriez embaucher vos Loulou pour un mégas-nettoyage de printemps ^^

    • DoMi dit :

      Bon courage, en attendant…

    • Marie Chioca dit :

      Et oui hélas, les recettes de ce blog sont toujours issues du jardin… Mais vous avez Saines Gourmandises pour vous consoler chère DoMi 🙂
      Des bises,
      Marie

  22. Sophie dit :

    Que d’aventures autour d’une salade !! 😀
    merci pour ce savoureux morceau de vie 😉

  23. Maquere dit :

    Ah Marie,tu me fais rire..encore ! Tu iens de m’apprendre qu’un hérisson peut etre un bon grimpeur ! Trop drôle ! Bonne chasse et merci pour ta recette. Bises, Monique

  24. Auré dit :

    Encore une histoire génialissime pour mes filles 😍 merci Marie!! Et cerise sur le gâteau, grâce à toi elles mangent de la salade… quel chance on a de t’avoir sur 2 blogs!

  25. Isa bel dit :

    Très sympa, ce nouvel blog ! Joli, frais, léger …et utile comme toujours ! Et en plus, ça me motive pour retourner chaque jour travailler ua potager !

  26. Ma dit :

    Zut, j’avais loupé les aventures de Kissifrot 3 ! J’espère que depuis tu as réussi à le « capturer » pour le remettre dans son chez-lui après cette petite villégiature chez toi…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *